Billetterie L'étoile du nord : Réservez votre billet

Jet Lag | TRÈS LOIN,À L'HORIZON + SHAPESHIFTING

Jet Lag | TRÈS LOIN,À L'HORIZON + SHAPESHIFTING

  • Mer. 22 mai à 20 h 30
  • L'étoile du nord - Paris

1 billet = 2 spectacles


LINDA HAYFORD - SHAPESHIFTING
Dans cette introspection audacieuse,accompagnée par l’univers sonore du compositeur Abraham Diallo, Linda Hayford invite le public à ressentir les états qui la traversent et nous livre ainsi son premier solo


ALEXANDRE FANDARD
TRÈS LOIN, À L’HORIZON (titre provisoire) - avant-première
Mise en scène et chorégraphie Alexandre Fandard Interprétation Alexandre Fandard et Leïla Ka - Cie Al-Fa
En jouant sur la suggestion poétique et la picturalité, Alexandre Fandard interroge l’homme,ses désirs, ses limites mais également son pouvoir de sublimer ce qu’il ne comprend pas,ce qu’il ne peut atteindre.


A Petites Pierres / Collectif La Capsule

A Petites Pierres / Collectif La Capsule

  • Jeu. 23 mai à 11 h
  • L'étoile du nord - Paris

De Gustave Akakpo
Par le collectif La Capsule


Elle était destinée à un autre. Mais voilà... Comment aurait-elle pu résister à celui qui revient au pays, qui trouve les mots pour séduire, qui fait preuve d'une belle impatience ? Elle a donc commis un crime aux yeux des siens. Le jeune homme est condamné à payer une amende. La jeune fille, elle, doit payer de sa vie : elle sera lapidée.
Cette seconde maquette du spectacle a été créée à partir d'ateliers avec les élèves du lycée Colbert.


Jet Lag | TRÈS LOIN,À L'HORIZON + ISKIO

Jet Lag | TRÈS LOIN,À L'HORIZON + ISKIO

  • Jeu. 23 mai à 20 h 30
  • L'étoile du nord - Paris

1 billet = 2 spectacles


CIE BLACK SHEEP
ISKIO
Chorégraphie Saido Darwin et Johanna Faye
Iskio interroge la mémoire des sensations qui nous amène à danser ce que nous sommes. Comment les corps communiquent-ils ? Comment danser devient parler, connaître? S'aimer.
artistes en résidence longue.


ALEXANDRE FANDARD
TRÈS LOIN, À L’HORIZON - avant-première
Mise en scène et chorégraphie Alexandre Fandard Interprétation Alexandre Fandard et Leïla Ka - Cie Al-Fa
En jouant sur la suggestion poétique et la picturalité, Alexandre Fandard interroge l’homme,ses désirs, ses limites mais également son pouvoir de sublimer ce qu’il ne comprend pas,ce qu’il ne peut atteindre.


Jet Lag | HOM(M)ES sources d'inspiration

Jet Lag | HOM(M)ES sources d'inspiration

  • Sam. 25 mai à 20 h 30
  • L'étoile du nord - Paris

Catherine Dreyfus - ACT2 Compagnie


En préfiguration de sa future création, HOM(m)ES, la Cie ACT2 Catherine Dreyfus vous invite à une soirée autour de la question de la masculinité à travers une restitution d’ateliers, la présentation du trioUn R de Ruse et du documentaire Coby de
C. Sonderegger sur la transition de sa soeur en homme.


On n'arrête pas le théâtre! I LE TRIOMPHE DE L'AMOUR

On n'arrête pas le théâtre! I LE TRIOMPHE DE L'AMOUR

  • Sam. 29 juin à 21 h + autres dates
  • L'étoile du nord - Paris

FESTIVAL ON N’ARRÊTE PAS LE THÉÂTRE!


Par Le Collectif ON n'arrête pas le théâtre !
Stéphane Auvray-Nauroy, Xavier Hollebecq, Julien Kosellek, Sophie Mourousi, Mathieu Mullier-Griffiths et Eram Sobhani


ON n’arrête pas le théâtre est un festival joyeux, libre et curieux ! Textes du répertoire, créations, spectacles tout-terrain, concerts, court-métrages…
Pour que se rencontrent des artistes et des spectateurs qui se surprennent l’un l’autre, pour que se rencontrent des artistes qui ne se seraient pas croisés sans cette occasion, pour donner une place à ceux qui n’en ont pas, pas encore, ou plus, pour créer un espace de liberté, de création dégagé des contraintes habituelles de production, pour ouvrir le théâtre à tous, ou pour amener le théâtre à tous, bref, pour des raisons à la fois très simples et très ambitieuses, nous avons rêvé un début d’été festif et éclectique qui réunisse des artistes qui regardent le monde dans lequel nous vivons et en parlent.


LE TRIOMPHE DE L'AMOUR


De Marivaux Par le Collectif Géranium


Dans le but de retrouver et de séduire l’héritier légitime du trône de Sparte, la princesse Léonide s’introduit travestie en homme chez le philosophe Hermocrate, qui élève le jeune homme qu’elle recherche. Devenue le chevalier Phocion, elle s’infiltre masculinement dans cette maison où l’amour est interdit et trouble la vie de tous ses occupants. Confondue par certains, aveuglante pour d’autres, s’attirant les faveurs de tous, Léonide / Phocion se lance dans une course effrénée, déjouant la vigilance du philosophe et la rigueur de sa sœur Léontine, pour conquérir le cœur de son jeune amant.


Le Triomphe de l’Amour s’inscrit dans le prolongement direct du travail du Collectif GÉRANIUM autour de Falk Richter (Les Êtres En Quête – 2017, Play Loud – 2018)
Nous nous emparons de l’écriture de Marivaux avec la même joie, la même vivacité ; loin de la considérer classique, nous la savons proche de nous. Elle nous entraîne en nous-même, dans les méandres de nos émotions ; son rythme et sa structure nous emportent. Nous savons également le caractère ludique du théâtre de Marivaux. Théâtre d’acteurs, écrit pour les Comédiens Italiens, qui sait mêler la comédie aux réflexions sur les relations humaines. Le travestissement est notamment pour lui moteur d’écriture : procédé théâtral par excellence, il induit la complicité du spectateur avec l’histoire qui lui est racontée. Car même s’il est ancré dans la réalité et la violence des sentiments, Le Triomphe de l’Amour est avant tout un jeu. Jeu sadien parfois, jeu bouffon d’autres fois. Jeu de dominations et de séduction, auquel tout le monde ne gagnera pas.


On n'arrête pas le théâtre! I NOS FUTURS

On n'arrête pas le théâtre! I NOS FUTURS

  • Dim. 30 juin à 18 h
  • L'école Auvray-Nauroy - Saint-Denis

FESTIVAL ON N’ARRÊTE PAS LE THÉÂTRE!


Par Le Collectif ON n'arrête pas le théâtre !
Stéphane Auvray-Nauroy, Xavier Hollebecq, Julien Kosellek, Sophie Mourousi, Mathieu Mullier-Griffiths et Eram Sobhani


ON n’arrête pas le théâtre est un festival joyeux, libre et curieux ! Textes du répertoire, créations, spectacles tout-terrain, concerts, court-métrages…
Pour que se rencontrent des artistes et des spectateurs qui se surprennent l’un l’autre, pour que se rencontrent des artistes qui ne se seraient pas croisés sans cette occasion, pour donner une place à ceux qui n’en ont pas, pas encore, ou plus, pour créer un espace de liberté, de création dégagé des contraintes habituelles de production, pour ouvrir le théâtre à tous, ou pour amener le théâtre à tous, bref, pour des raisons à la fois très simples et très ambitieuses, nous avons rêvé un début d’été festif et éclectique qui réunisse des artistes qui regardent le monde dans lequel nous vivons et en parlent.


ATELIER NOS FUTURS
À L’école Auvray-Nauroy
Présentation de travail de l’atelier dirigé par Mathieu Mullier-Griffiths


De quoi demain sera fait ? Peut-être que notre désir d’avenir est plus important que l’avenir lui- même.
L’atelier s’adresse à tout jeune dionysien, dionysienne entre 16 et 20 ans. Avec ou sans expérience de théâtre, les débutants sont les bienvenus.


On n'arrête pas le théâtre! I BRUMES lecture

On n'arrête pas le théâtre! I BRUMES lecture

  • Dim. 30 juin à 19 h 30
  • L'école Auvray-Nauroy - Saint-Denis

FESTIVAL ON N’ARRÊTE PAS LE THÉÂTRE!


Par Le Collectif ON n'arrête pas le théâtre !
Stéphane Auvray-Nauroy, Xavier Hollebecq, Julien Kosellek, Sophie Mourousi, Mathieu Mullier-Griffiths et Eram Sobhani


ON n’arrête pas le théâtre est un festival joyeux, libre et curieux ! Textes du répertoire, créations, spectacles tout-terrain, concerts, court-métrages…
Pour que se rencontrent des artistes et des spectateurs qui se surprennent l’un l’autre, pour que se rencontrent des artistes qui ne se seraient pas croisés sans cette occasion, pour donner une place à ceux qui n’en ont pas, pas encore, ou plus, pour créer un espace de liberté, de création dégagé des contraintes habituelles de production, pour ouvrir le théâtre à tous, ou pour amener le théâtre à tous, bref, pour des raisons à la fois très simples et très ambitieuses, nous avons rêvé un début d’été festif et éclectique qui réunisse des artistes qui regardent le monde dans lequel nous vivons et en parlent.


BRUMES Lecture
Ecriture et mise en espace : Sandrine Nicolas Interprétation : Aurélia Arto Vidéo : Camille Sauvage Régie : Leslie Horowitz


« Brumes » est une échappée dans le big bang mental d’une adolescente. Elle fugue. Elle saute les barrières et erre dans les zones interdites. Une fugue immobile à grandes enjambées verbales.


On n'arrête pas le théâtre! I ONAPL CINÉMA!

On n'arrête pas le théâtre! I ONAPL CINÉMA!

  • Dim. 30 juin à 21 h
  • L'étoile du nord - Paris

FESTIVAL ON ARRÊTE PAS LE THÉÂTRE!


Par Le Collectif ON n'arrête pas le théâtre !
Stéphane Auvray-Nauroy, Xavier Hollebecq, Julien Kosellek, Sophie Mourousi, Mathieu Mullier-Griffiths et Eram Sobhani


ON n’arrête pas le théâtre est un festival joyeux, libre et curieux ! Textes du répertoire, créations, spectacles tout-terrain, concerts, court-métrages…
Pour que se rencontrent des artistes et des spectateurs qui se surprennent l’un l’autre, pour que se rencontrent des artistes qui ne se seraient pas croisés sans cette occasion, pour donner une place à ceux qui n’en ont pas, pas encore, ou plus, pour créer un espace de liberté, de création dégagé des contraintes habituelles de production, pour ouvrir le théâtre à tous, ou pour amener le théâtre à tous, bref, pour des raisons à la fois très simples et très ambitieuses, nous avons rêvé un début d’été festif et éclectique qui réunisse des artistes qui regardent le monde dans lequel nous vivons et en parlent.


ONAPL CINÉMA !


Organisé par Kafard Films
Réalisateurs : Mélina Krempp, Adrien Chata, Eve Tailliez, Mitra Hekmat, Nathanael Jousselin, Jean Michel Tari, Liana Kassir et Renaud Pachot


Depuis 6 ans, nous avons monté un concept simple : fabriquer des films-courts qui s’inspirent des créations théâtrales programmées durant le festival. Soit un film librement réalisé à partir de chaque pièce. Faire du cinéma à partir de cette rencontre humaine, artistique. Découvrir l'ambiance des répétitions, l'énergie des acteurs, le rêve du metteur en scène, la force des textes.


ALORS EN 2019 :
ON N’ARRÊTE PAS LE CINÉMA PARCE QU’ON A BESOIN DE FICTION ET QUE BIEN SOUVENT LES MOTS MANQUENT.
ON N’ARRÊTE PAS LE CINÉ SOUS PRÉTEXTE QUE L’ESPOIR EST EN VACANCES ET QUE MÊME LA PUB DANS LE MÉTRO DIFFUSE DE LA VIDÉO. ON N’ARRÊTE PAS LE CINÉ PARCE QU’ON EST PAS SEUL : AVEC NOUS GRAVITENT DES GUERRIERS DE L’IMAGE ET DU SON ET LA PROD KAFARD FILMS.
ON N’ARRÊTE PAS LE CINÉ, MÊME SANS ARGENT, PARCE QU’ON A DES FANTASMES EN MOUVEMENT QUI DÉFILENT EN CONTINU DANS NOS CRÂNES ET PARCE QU’EN TOURNAGE, ON A LA SENSATION DE VIVRE PLUS.
ON N’ARRÊTE PAS LE CINÉ PARCE QU’ON A TOUJOURS RIEN À VENDRE ET QUE LA SOIRÉE DE PROJECTION EST GRATUITE POUR TOUT LE MONDE.
PARCE QU’ON AIME ÇA, DE LA LUNE DE MELIES JUSQU’À L’AURORE DE MURNAU EN PASSANT PAS L’ÉTOILE NOIRE DE LUCAS ET MELANCHOLIA DE VON TRIER.
ON N’ARRÊTE PAS LE CINÉ PARCE QU’ON PEUT Y MOURIR PLUSIEURS FOIS, QUE C’EST TOUJOURS AUSSI TRISTE ET QU’EN VRAI ON AIME VERSER QUELQUES LARMES DANS LA PÉNOMBRE D’UNE SALLE.
PARCE QUE C’EST LE PLUS JEUNE ART D’ENTRE LES 7 ET QU’IL RESTE À INVENTER. PARCE QU’ON VEUT TOURNER NOS DICTATEURS EN RIDICULE ET LES OUBLIÉS DU PEUPLE EN HÉROS.
PARCE QU’IL FAIT PARLER LES ANIMAUX, RESPIRER LES FANTÔMES ET RENCONTRER LES EXTRA-TERRESTRES.
ON N’ARRÊTE PAS LE CINÉ PARCE QUE PARFOIS ON EN A MARRE DES IMAGES QU’ON NOUS SERT ET ON DÉCIDE HUMBLEMENT D’EN CRÉER.


On n'arrête pas le théâtre! I SOIRÉE FORMES COURTES

On n'arrête pas le théâtre! I SOIRÉE FORMES COURTES

  • Lun. 1er juil. à 19 h 30 + autres dates
  • L'école Auvray-Nauroy - Saint-Denis

FESTIVAL ON N’ARRÊTE PAS LE THÉÂTRE!


Par Le Collectif ON n'arrête pas le théâtre !
Stéphane Auvray-Nauroy, Xavier Hollebecq, Julien Kosellek, Sophie Mourousi, Mathieu Mullier-Griffiths et Eram Sobhani


ON n’arrête pas le théâtre est un festival joyeux, libre et curieux ! Textes du répertoire, créations, spectacles tout-terrain, concerts, court-métrages…
Pour que se rencontrent des artistes et des spectateurs qui se surprennent l’un l’autre, pour que se rencontrent des artistes qui ne se seraient pas croisés sans cette occasion, pour donner une place à ceux qui n’en ont pas, pas encore, ou plus, pour créer un espace de liberté, de création dégagé des contraintes habituelles de production, pour ouvrir le théâtre à tous, ou pour amener le théâtre à tous, bref, pour des raisons à la fois très simples et très ambitieuses, nous avons rêvé un début d’été festif et éclectique qui réunisse des artistes qui regardent le monde dans lequel nous vivons et en parlent.


LE BAL
Variation autour du Ravissement de Lol V. Stein, India Song de Marguerite Duras et Mulholland Drive de David Lynch
Conception : Sylvie Des Bois Avec : Elie Collin, Sylvie Des Bois, Thomas Nolet (distribution en cours)
Le bal est une enquête où un homme tenterait de percer le mystère d'une femme qui s’extrait du monde pour se loger dans un temps suspendu où des souvenirs lancinants viennent sans cesse la posséder.


MES HAINES
Mise en scène et interprétation : Mathilde Lecarpentier Soutien : Gwendoline Gauthier Compagnie : Les petits cailloux
« La haine est sainte. Elle est l’indignation des cœurs forts, le dédain militant de ceux que fâchent la médiocrité et la sottise. Je hais les gens nuls et impuissants : ils me gênent. » Zola


LA PROPHÉTESSE DU DJURDJURA
Texte et mise en scène : Sarah Mordy Avec : Yorick Adjal en alternance avec Mexianu Medenou, Hortense Belhôte, Lola Bonnet Fontaine Réalisateur sonore : Samuel Mazzotti Compagnie : Oh ! Collectif de la surprise
Dans ses rêves, Lalla traverse le temps. Quand elle voit les troupes françaises envahir la Kabylie, elle sait que son destin est de mener la résistance.


FIRST LAST
Chorégraphie : Charlotte Nopal Interprétation : Charlotte Nopal, Andrea Condorelli
Il était une fois, seulement, les instants de Paul et Jeanne. En désordre, ou non. Et leurs corps, qui parlent… First/Last, une histoire d’amour, et de temps.


LETTRE AU PÈRE
Interprétation et mise en espace : Santiago Montequin
Kafka écrit avant de mourir une lettre à son père où il cherche dans leur relation conflictuelle les raisons de son inaptitude à mener une vie conventionnelle et, au fond, à vivre tout court


On n'arrête pas le théâtre! I LES POUSSIÈRES DE C.

On n'arrête pas le théâtre! I LES POUSSIÈRES DE C.

  • 2 et 3 juil. 2019 à 19 h 30
  • L'étoile du nord - Paris

FESTIVAL ON ARRÊTE PAS LE THÉÂTRE!


Par Le Collectif ON n'arrête pas le théâtre !
Stéphane Auvray-Nauroy, Xavier Hollebecq, Julien Kosellek, Sophie Mourousi, Mathieu Mullier-Griffiths et Eram Sobhani


ON n’arrête pas le théâtre est un festival joyeux, libre et curieux ! Textes du répertoire, créations, spectacles tout-terrain, concerts, court-métrages…
Pour que se rencontrent des artistes et des spectateurs qui se surprennent l’un l’autre, pour que se rencontrent des artistes qui ne se seraient pas croisés sans cette occasion, pour donner une place à ceux qui n’en ont pas, pas encore, ou plus, pour créer un espace de liberté, de création dégagé des contraintes habituelles de production, pour ouvrir le théâtre à tous, ou pour amener le théâtre à tous, bref, pour des raisons à la fois très simples et très ambitieuses, nous avons rêvé un début d’été festif et éclectique qui réunisse des artistes qui regardent le monde dans lequel nous vivons et en parlent.


LES POUSSIÈRES DE C.
Mise en scène : Charles Meillat / Collectif CHAMP LIBRE


"J’aimerais vous parler du sublime et de la lente désintégration des corps
Du corps jeune, surtout, celui qu’on regrette
De la poussière et de la poudre inhalées à Moscou cet été là
De la poussière et de la poudre"
(Prologue -Les Poussières de C.)


Les Poussières de C. est avant tout une réflexion sur l’absolu qui pousse toutes les grandes amitiés à aller jusqu’au bout d’elle-même.
Pour se prouver que l’on est vivant, avec l’autre, qu’il n’y a pas de finitude possible dans les aventures que l’on se promet à deux.


La Russie, ses paradoxes, mais aussi, dans la beauté d’un quotidien qui pourrait être le même ailleurs.
Pour certains de ses habitants, La Russie est une femme. Belle et meurtrie dans ses attentes.


Il y a une forte corrélation entre le personnage principal et ce territoire qu’elle a décidé de conquérir.
On retrouve aussi un désir d’absolu et de grandeur chez les deux personnages.
Une sorte d’adolescence qui refuse de finir, malgré la violence qui les entoure, la rudesse des rapports humains.
Elles veulent rester dans la «vie folle» et ne rien oublier.
Elles veulent «La» vie tout de suite, là, maintenant sous nos yeux.
Et tant pis si l’on en meurt.


Les poussières de C. rend compte d’une expérience, d’une trajectoire, du bouleversement de deux existences en pays de fiction.


Un pays où tous les «Si» sont possibles.
Ce texte est un chemin initiatique : La traversée de la mémoire d’une expérience marquante.
A la fin de ce voyage, les personnages, en même temps que la narratrice, ne sont plus les mêmes.
Marquées par le fer du souvenir.


On n'arrête pas le théâtre! I SPLENDEUR DANS L’HERBE

On n'arrête pas le théâtre! I SPLENDEUR DANS L’HERBE

  • 2 et 3 juil. 2019 à 21 h
  • L'étoile du nord - Paris

FESTIVAL ON ARRÊTE PAS LE THÉÂTRE!


Par Le Collectif ON n'arrête pas le théâtre !
Stéphane Auvray-Nauroy, Xavier Hollebecq, Julien Kosellek, Sophie Mourousi, Mathieu Mullier-Griffiths et Eram Sobhani


ON n’arrête pas le théâtre est un festival joyeux, libre et curieux ! Textes du répertoire, créations, spectacles tout-terrain, concerts, court-métrages…
Pour que se rencontrent des artistes et des spectateurs qui se surprennent l’un l’autre, pour que se rencontrent des artistes qui ne se seraient pas croisés sans cette occasion, pour donner une place à ceux qui n’en ont pas, pas encore, ou plus, pour créer un espace de liberté, de création dégagé des contraintes habituelles de production, pour ouvrir le théâtre à tous, ou pour amener le théâtre à tous, bref, pour des raisons à la fois très simples et très ambitieuses, nous avons rêvé un début d’été festif et éclectique qui réunisse des artistes qui regardent le monde dans lequel nous vivons et en parlent.


SPLENDEUR DANS L’HERBE
Mise en scène : Lucas BORZYKOWSKI


Tentons une expérience. Prenons un groupe d'amis fidèles, jeunes d'apparence mais déjà usés, bouleversés par la vie. Jouons des retrouvailles, et au cours de cette soirée d'apparence anodine, forçons-les à regarder la vérité en face. Le temps d'une soirée, observons comment la violence de la perte peut faire éclater l'émotion, le non-dit, la rancœur. Ou au contraire, faire revivre pour un instant une joie perdue, une nostalgie heureuse, l'authentique fusion mentale et physique que seule l'enfance semblait pouvoir connaître. Questionnons l'essence de cette union rare et précieuse qui lie des êtres qui ont choisi de faire un bout de chemin ensemble.


En parlant de l'amitié, nous voulons aborder la question de la sincérité, de la fidélité, de notre rapport à l'Autre ; nous voulons tenter de donner une vraie place à notre prochain dans un monde où il est si simple de fuir ses responsabilités ; expérimenter la possibilité de retrouver la joie, l'innocence de l'enfance. L'époque où rire, chanter et danser allaient de soi.
Rendant hommage aux Vagues de Virginia Woolf, mêlant écritures personnelles et improvisations, le collectif Nash a construit Splendeur dans l'herbe à partir de lui-même, de sa propre expérience de groupe. En partant de notre incapacité à communiquer, de notre gêne quotidienne au sein de la société, nous tentons de montrer sur le plateau l'explosion d'individualités, que cette explosion passe par la voix et donc par la langue, ou par le corps et donc par la danse. Nous souhaitons parler de ce moment où tout bascule, où il n'y a plus rien à perdre, où notre peur du danger disparaît soudainement, pour laisser place à cette authenticité éphémère que seul le théâtre permet.


Bien que l'éclat
Qui était autrefois si brillant
Ait disparu pour toujours
Bien que rien ne fasse revenir l'heure
De cette splendeur dans l'herbe
De cette gloire dans la fleur
Nous ne pleurerons pas
Mais plutôt trouverons
La force dans ce qui reste après


On n'arrête pas le théâtre! I CETTE MAUDITE RACE HUMAINE

On n'arrête pas le théâtre! I CETTE MAUDITE RACE HUMAINE

  • 4, 5, 11 et 12 juil. 2019 à 19 h 30
  • L'étoile du nord - Paris

FESTIVAL ON ARRÊTE PAS LE THÉÂTRE!


Par Le Collectif ON n'arrête pas le théâtre !
Stéphane Auvray-Nauroy, Xavier Hollebecq, Julien Kosellek, Sophie Mourousi, Mathieu Mullier-Griffiths et Eram Sobhani


ON n’arrête pas le théâtre est un festival joyeux, libre et curieux ! Textes du répertoire, créations, spectacles tout-terrain, concerts, court-métrages…
Pour que se rencontrent des artistes et des spectateurs qui se surprennent l’un l’autre, pour que se rencontrent des artistes qui ne se seraient pas croisés sans cette occasion, pour donner une place à ceux qui n’en ont pas, pas encore, ou plus, pour créer un espace de liberté, de création dégagé des contraintes habituelles de production, pour ouvrir le théâtre à tous, ou pour amener le théâtre à tous, bref, pour des raisons à la fois très simples et très ambitieuses, nous avons rêvé un début d’été festif et éclectique qui réunisse des artistes qui regardent le monde dans lequel nous vivons et en parlent.


CETTE MAUDITE RACE HUMAINE
De Mark Twain / Mise en scène : Eram Sobhani


Deleuze nous dit qu'à la base de l’art, il y a cette idée ou ce sentiment très vif : une certaine honte d’être un homme. Il est bien certain que Mark Twain l'ait ressentie lui aussi.
« L’homme est l’animal raisonnable, comme on dit toujours ? Son histoire que je viens d’esquisser me prouve que l’homme est l’animal déraisonnable. Son histoire, c’est l’histoire d’un maniaque. Il est en vérité d’une incurable bêtise. » - Mark Twain


Qu'on se le dise, chez Twain, l’homme ne vaut pas grand-chose, il n’arriverait pas même à la cheville d’une huître ou d'une souris. Non seulement nous sommes d’incorrigibles mégalomanes - ce qu’on veut bien à la rigueur lui concéder - mais de dangereux maniaques, de dangereux criminels, une espèce assoiffée de sang comme la Terre n’en a probablement jamais porté.Un constat implacable qui pourrait faire sourire, manière de nous en défaire, mais Twain déploie tout son humour, toute son intelligence, toute la puissance de sa poésie pour nous mettre sous les yeux cet état de choses et pour qu’on ne puisse plus y échapper. Au cœur de notre déchéance, le sens moral, qui nous donnant conscience de faire le mal, n’a d’autre but précisément que de nous amener à le commettre. Le sens moral, la seule malédiction de cette maudite race humaine.


On n'arrête pas le théâtre! I LES COMPAGNONS DE LA NUIT Lecture

On n'arrête pas le théâtre! I LES COMPAGNONS DE LA NUIT Lecture

  • Sam. 6 juil. à 18 h
  • L'école Auvray-Nauroy - Saint-Denis

FESTIVAL ON N’ARRÊTE PAS LE THÉÂTRE!


Par Le Collectif ON n'arrête pas le théâtre !
Stéphane Auvray-Nauroy, Xavier Hollebecq, Julien Kosellek, Sophie Mourousi, Mathieu Mullier-Griffiths et Eram Sobhani


ON n’arrête pas le théâtre est un festival joyeux, libre et curieux ! Textes du répertoire, créations, spectacles tout-terrain, concerts, court-métrages…
Pour que se rencontrent des artistes et des spectateurs qui se surprennent l’un l’autre, pour que se rencontrent des artistes qui ne se seraient pas croisés sans cette occasion, pour donner une place à ceux qui n’en ont pas, pas encore, ou plus, pour créer un espace de liberté, de création dégagé des contraintes habituelles de production, pour ouvrir le théâtre à tous, ou pour amener le théâtre à tous, bref, pour des raisons à la fois très simples et très ambitieuses, nous avons rêvé un début d’été festif et éclectique qui réunisse des artistes qui regardent le monde dans lequel nous vivons et en parlent.


LES COMPAGNONS DE LA NUIT Lecture
À L’école Auvray-Nauroy
En partenariat avec Les Compagnons de la Nuit


Les ateliers d’écriture de Compagnons de la nuit existent depuis 25 ans. Le jeudi à 21h30, les participants prennent place autour d’une table où est affichée une proposition d'écriture. Chacun reste libre, face à cette suggestion, d’en faire ce qu’il veut sous la forme qu’il désire. Se retrouvent là habitués de la Moquette, habitués des seuls jeudis, gens de passage, étudiants, paumés, amis, poètes, hommes, femmes, jeunes, vieux, riches ou pauvres… ce sont ces textes - quelques-uns de ces textes - que les élèves comédiens de L'Ecole Auvray-Nauroy vous proposeront.


On n'arrête pas le théâtre! I DIDASCALIES

On n'arrête pas le théâtre! I DIDASCALIES

  • 6 et 7 juil. 2019 à 19 h 30
  • Ecole Auvray-Nauroy - Saint-Denis

FESTIVAL ON ARRÊTE PAS LE THÉÂTRE!


Par Le Collectif ON n'arrête pas le théâtre !
Stéphane Auvray-Nauroy, Xavier Hollebecq, Julien Kosellek, Sophie Mourousi, Mathieu Mullier-Griffiths et Eram Sobhani


ON n’arrête pas le théâtre est un festival joyeux, libre et curieux ! Textes du répertoire, créations, spectacles tout-terrain, concerts, court-métrages…
Pour que se rencontrent des artistes et des spectateurs qui se surprennent l’un l’autre, pour que se rencontrent des artistes qui ne se seraient pas croisés sans cette occasion, pour donner une place à ceux qui n’en ont pas, pas encore, ou plus, pour créer un espace de liberté, de création dégagé des contraintes habituelles de production, pour ouvrir le théâtre à tous, ou pour amener le théâtre à tous, bref, pour des raisons à la fois très simples et très ambitieuses, nous avons rêvé un début d’été festif et éclectique qui réunisse des artistes qui regardent le monde dans lequel nous vivons et en parlent.


DIDASCALIES
Mise en scène et chorégraphie : Benjamin Forel
Distribution en cours


Un jour il faudrait jeter des œuvres d'art sur des tomates, ça changerait !


Règles du jeu d’une expérience jouée :
1 livret de 60 didascalies donné à chaque spectateur*
3 interprètes à disposition du public
1 collectif de spectateurs


Les spectateurs ont la responsabilité collective de construire un spectacle fait d’images, de mouvements et de matières. A n’importe quel moment, ils sont libres de lancer aux acteurs, à voix haute, une didascalie, de rompre ou de répéter.
(Rappeler au public qu’il est interdit de quitter le forum pendant l’heure de jeu. Lui rappeler aussi que tout ce qui n’est pas interdit est autorisé.)


On n'arrête pas le théâtre! I LE RÊVE  D'UN HOMME RIDICULE

On n'arrête pas le théâtre! I LE RÊVE D'UN HOMME RIDICULE

  • 9 et 10 juil. 2019 à 19 h 30
  • L'étoile du nord - Paris

FESTIVAL ON ARRÊTE PAS LE THÉÂTRE!


Par Le Collectif ON n'arrête pas le théâtre !
Stéphane Auvray-Nauroy, Xavier Hollebecq, Julien Kosellek, Sophie Mourousi, Mathieu Mullier-Griffiths et Eram Sobhani


ON n’arrête pas le théâtre est un festival joyeux, libre et curieux ! Textes du répertoire, créations, spectacles tout-terrain, concerts, court-métrages…
Pour que se rencontrent des artistes et des spectateurs qui se surprennent l’un l’autre, pour que se rencontrent des artistes qui ne se seraient pas croisés sans cette occasion, pour donner une place à ceux qui n’en ont pas, pas encore, ou plus, pour créer un espace de liberté, de création dégagé des contraintes habituelles de production, pour ouvrir le théâtre à tous, ou pour amener le théâtre à tous, bref, pour des raisons à la fois très simples et très ambitieuses, nous avons rêvé un début d’été festif et éclectique qui réunisse des artistes qui regardent le monde dans lequel nous vivons et en parlent.


LE RÊVE D'UN HOMME RIDICULE
Mise en scène : François Jaulin


Ce sont les révélations d’un homme ridicule en état de crise, ses ruminations éclatant à la face du monde… La vie d’un homme habité par le nihilisme qui va trouver son salut dans un rêve.


C’est l’histoire d’un homme fatigué, indifférent au monde, se définissant comme ridicule qui décide de se suicider. En se dirigeant vers son appartement, une petite fille lui demande de secourir sa mère. L’homme la repousse violemment et rentre chez lui. Au moment de se suicider, il est rongé par la culpabilité de ne pas avoir aidé cet enfant et s’endort.
Dans son rêve, il est transporté sur une terre où les hommes vivent en harmonie avec la nature. Mais sa seule présence introduit le mensonge, la vanité, la jalousie… Alors les hommes s’entretuent et le chaos apparaît. À son réveil, il prend conscience de son rêve, et veut prêcher la vérité. Il a bel et bien vu que l’homme pouvait vivre en harmonie et que chaque homme possède « ce possible » en lui.


Il y a quelque chose de drôle et de dramatique dans ce personnage. Sa subite compassion, et sa naïveté envers le monde le rendent risible et en même temps tragique.


Cette histoire contient les grands thèmes travaillés par Dostoïevski, tout au long de sa vie : le suicide, le ridicule, le nihilisme, l’enfant maltraité, le refuge dans l’utopie, « la volonté de dépasser la vulgarité dégoûtante et insupportable de la vie »…
Nous défendons un théâtre où l’homme malgré ses faiblesses, ses ratés, ses humiliations garde une dignité et une grandeur.


On n'arrête pas le théâtre! I NIQUE SA MÈRE LA RÉINSERTION

On n'arrête pas le théâtre! I NIQUE SA MÈRE LA RÉINSERTION

  • 9 et 10 juil. 2019 à 21 h
  • L'étoile du nord - Paris

FESTIVAL ON N’ARRÊTE PAS LE THÉÂTRE!


Par Le Collectif ON n'arrête pas le théâtre !
Stéphane Auvray-Nauroy, Xavier Hollebecq, Julien Kosellek, Sophie Mourousi, Mathieu Mullier-Griffiths et Eram Sobhani


ON n’arrête pas le théâtre est un festival joyeux, libre et curieux ! Textes du répertoire, créations, spectacles tout-terrain, concerts, court-métrages…
Pour que se rencontrent des artistes et des spectateurs qui se surprennent l’un l’autre, pour que se rencontrent des artistes qui ne se seraient pas croisés sans cette occasion, pour donner une place à ceux qui n’en ont pas, pas encore, ou plus, pour créer un espace de liberté, de création dégagé des contraintes habituelles de production, pour ouvrir le théâtre à tous, ou pour amener le théâtre à tous, bref, pour des raisons à la fois très simples et très ambitieuses, nous avons rêvé un début d’été festif et éclectique qui réunisse des artistes qui regardent le monde dans lequel nous vivons et en parlent.


NIQUE SA MÈRE LA RÉINSERTION
Texte et mise en scène : Elie Salleron


Nique sa mère la réinsertion, c’est le spectacle qui casse tout : la société marchande, la corruption, le patriarcat, la gauche moralisatrice, les bobos, les patrons, le système et l’antisystème !
Une succession de sketchs dévastateurs et du rap, c’est la recette qui a fait le succès de Nique sa mère la réinsertion, un spectacle joué depuis 3 ans et qui n’en finit pas de toucher la société contemporaine là où ça fait mal, sans concession ni complaisance pour aucun dogme ni aucune idéologie. La satire, déversée aveuglément et sans remontrance morale, emporte tout le monde dans sa vague.


Succès Avignon 2018 au théâtre du Train Bleu !


LA PRESSE EN PARLE
« Ces jeunes artistes se sont réunis pour faire du bruit, bousculer les conventions et réveiller nos intellects en sous-régime. »
La Jaseuse
« Réellement époustouflants ! »
Reg'arts
« Elie salleron appartient à cette catégorie de dramaturges qui mettent en scène leurs pièces pour faire branler les planches et pirater les codes »
Mouvement
« Une heure et demie de cynisme intelligent et de joute oratoire provocante qui confirme que les rascar capac sont, décidément, une compagnie a suivre ! »
I/O Gazette