Open Space -   Plateau partagé #1 : LEÏLA KA, CHARLOTTE HANNAH COLMANT & JEAN-PHILIPPE GIRAUD

Open Space - Plateau partagé #1 : LEÏLA KA, CHARLOTTE HANNAH COLMANT & JEAN-PHILIPPE GIRAUD

LEÏLA KA
Se faire la belle

Troisième petite forme de Leïla Ka, comme le dernier volet d’un triptyque, toujours empreinte d’un désir puissant de liberté, qui boue en dedans, s’élance à la surface du corps, traverse la peau et s’écrase sur ce qui nous entoure, sur les barreaux des cages qui nous enferment. Troisième round maintenant, moins sage, plus lumineux, le tout sur une musique électronique.
La première de ce spectacle aura lieu à L’étoile du nord en mars 2022 dans le cadre du festival « Immersion Danse ».
Chorégraphie et interprétation : Leïla Ka

CHARLOTTE HANNAH COLMANT
ROSES

"Gourdes à fleur nocturne.
Une femme dévoile
sa peau" / Chiyo-ni

Poème de l'intime, du corps en quête de protection, de l'union avec son corps et celui de l'autre échappant aux dominations extérieures. Retrouver l'essence de la peau et du toucher, d'un corps physique souvent oublié. Chercher la mise à nue, l'épuration pour dessiner une vulnérabilité dans l'espace, à travers le dialogue d'un corps, du texte et du son, composé comme un haïku, poème japonais illustratif de l'instant présent, la mémoire de cet instant. Un poème inspiré d'un recueil de haïkus écrits exclusivement par des auteures japonaises, "du Rouge aux Lèvres". Cette séquence est la deuxième d'un triptyque qui compose la pièce, "ROSES" qui regroupe trois formes courtes, trois poèmes intimes du corps.
Chorégraphie et interprétation : Charlotte Hannah Colmant
Texte : Julie Macqueron, extraits de poèmes de Chiyo-ni

JEAN-PHILIPPE GIRAUD
La Marche

"La Marche", c’est le pas vers l’autre qui pourrait être fait sans préjugé, sans cliché : comprendre, écouter, aider, rencontrer. En arpentant la scène de long en large, en diagonale, le corps se métamorphose, isolé de tout, s’élevant vers les cieux ou se cognant à terre. Le solo questionne sa manière d'être au monde, notre manière d'être au monde. "La Marche" laisse le corps seul exprimer l’individualisme dont chacun est la proie, pour pouvoir, peut-être, le dépasser.
Chorégraphie et interprétation : Jean-Philippe Giraud

Licence n°L-R-21-2607
1. Evénements
2. Tarification
3. Paiement